Accueil » Chicago » Route 66 (USA) : L’histoire de la Main Street of América

Route 66 (USA) : L’histoire de la Main Street of América

départ route 66 Chicago

La route 66, qui relie Chicago et Los Angeles, est l’une des routes les plus légendaires du monde. La “Main Street of America” ou “The Mother Road” est un rêve pour de nombreux amateurs de road trip, dont nous faisons partie.

Avant toute chose, asseyez-vous, nous avons une mauvaise nouvelle pour vous : la route 66 n’existe plus. Officiellement du moins…

Elle a été interrompue en 1985. Aujourd’hui, il n’est possible que de voyager qu’à travers des parties qui sont toujours intactes, d’autres qui circulent sur des autoroutes interétatiques et d’autres encore qui sont marquées comme parcours historique.

Les débuts de la route 66

La route 66 relie Chicago et Los Angeles. Elle a été créée en 1926 pour plusieurs raisons :

  • Dans les années 1930, plusieurs États du Sud ont souffert de graves sécheresses, rendant impossible la culture et l’élevage. Comme si cela ne suffisait pas, les sécheresses ont provoqué des tempêtes de poussière (Dust Bowl) : le sol, privé de toute forme d’humidité, était emporté par le vent en formant des nuages de poussière si intenses qu’ils cachaient le soleil.
  • À l’époque, en pleine dépression : des milliers de personnes veulent migrer vers l’ouest, en Californie, une terre ensoleillée et fertile, pleine d’opportunités.
  • L’augmentation constante du nombre de voitures nécessitait de meilleures routes.
  • De meilleures routes sont également nécessaires pour faire circuler les produits et multiplier les voies commerciales (l’ère du rêve américain et de la société de consommation commence).

À l’époque, la route 66 est signe d’espoir pour tous les américains qui voyagent d’est en ouest, à la recherche d’un nouveau départ. Les stations-service, les motels, les restaurants et les magasins se mettent à pousser comme des champignons.

Peu à peu, les kilomètres se sont remplis de vie, non seulement sur les bords de la route mais aussi dans les petits villages aux alentours de la route.

Dans les années 70, la route est aussi devenue l’artère des hippies qui se rendaient au Colorado, au Nouveau Mexique ou en Californie. Ne soyez donc pas surpris de voir quelques Volkswagens sur la route.

La fin d’une belle époque

En 1956, le président Dwight Eisenhower a signé l’Interstate Highway Act qui marqua le début de la fin de la route 66.

Eisenhower, qui avant de devenir président était un général stationné en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, avait observé les routes allemandes avec admiration et voulait, une fois rentré dans son pays, importer ce modèle d’efficacité et de modernité. L’objectif était de créer un réseau d’autoroutes qui permettrait un transfert rapide et sans arrêt vers différents points du pays.

C’est ainsi que la route 66 perdit sa notoriété et a commença à tomber en désuétude jusqu’à ce qu’elle soit supprimée en 1985.

La résurrection de la route

Ne soyez pas triste, ce n’est pas que des mauvaises nouvelles : en 1990, les premières associations de la Route 66 ont commencé à émerger. Elle a été déclarée Route historique de l’État et elle renait peu à peu de ses cendres. De nombreuses stations d’essence, motels, cafés et restaurants de la route ont été restaurés et une chose curieuse s’est produite : la route a repris vie.

Parcourir cette route signifie revivre un âge d’or passé, un morceau d’histoire de cette immense nation, manger un gâteau là où Will Rogers l’a fait, ou faire le plein d’une station-service qui aurait pu être cambriolée par Bonnie et Clyde

Ce qu’il y a de mieux dans l’itinéraire, c’est qu’en le parcourant, on ne se contente pas de parcourir des milliers de kilomètres, on vit le voyage, dans toute sa beauté et son intensité.

Aujourd’hui, vous pouvez couvrir près de 80 % du trajet initial, mais il n’est pas facile de ne pas se perdre de temps en temps. Il y a quelques astuces pour voyager sans trop de problèmes le long de la route 66 mais… nous vous en parlerons dans un autre billet.

Pourquoi « route 66 » et non « road 66 » en anglais ?

Vous devez certainement vous demander pourquoi elle se nomme ainsi. Après tout, « route » est un terme français… Eh bien, détrompez-vous : « route » en anglais signifie simplement « itinéraire ». On parlera donc de l’itinéraire 66.

Notons également qu’en anglais « road » signifie la route hors agglomération, contrairement à « street » qui sont des routes dans une ville. La route 66 est donc un mélange de « road » et de « street » puisqu’elle traverse des villages, des villes, mais également de longues zones désertiques.

Si vous avez le courage de prendre la route 66 d’un bout à l’autre, le terme « itinéraire » est donc le plus approprié.

Quels sont les états traversés par la route 66 ?

La Mother Road permet de parcourir 3940km et subit 3 changements d’heure. Elle traverse ces États :

  • L’Illinois.
  • Le Missouri.
  • Le Kansas.
  • L’Oklahoma.
  • Le Texas.
  • Le Nouveau-Mexique.
  • L’Arizona.
  • La Californie.

L’itinéraire initial comportait les arrêts suivants : Chicago (Illinois), St Louis (Missouri), Tulsa et Oklahoma City (Oklahoma), Amarillo (Texas), Tucumcari et Albuquerque (Nouveau Mexique), Holbrook et Flagstaff (Arizona), Barstow et Los Angeles (Californie).

Chargée d’histoire, la route 66 est un magnifique périple que tout voyageur prendra plaisir à faire. Rendez-vous sur notre article qui retrace nos 21 jours sur la route 66.

Ajouter un commentaire